Share

Histoire de la radio en Suisse Romande

La technologie radio suscite peu d’intérêt avant 1922. Ce sont surtout les instituts universitaires de physique qui s’intéressent au départ à la télégraphie sans fil, brevetée en 1896. Par la suite, des émetteurs étrangers montreront que ce moyen de transmission ne permet pas seulement de diffuser des nouvelles politiques et économiques mais aussi le signal horaire et les prévisions météorologiques. A la déclaration de la Première guerre mondiale, les autorités interdisent toute utilisation de la radiocommunication à des fins privées.

En 1923, les autorités fédérales donnent leur accord à la diffusion, à titre expérimental, d’émissions radio de divertissement et d’information, ouvrant la voie, en Suisse aussi, à l’ère de la radiodiffusion publique. L’une après l’autre, des coopératives voient le jour à Lausanne, Zurich, Genève, Berne et Bâle avec comme but l’installation d’émetteurs et de studios. Soucieuses de ne pas abandonner la radio aux forces du marché, les autorités fédérales se mettent à réglementer ce domaine et formulent de sévères dispositions en matière de programme, soutenant ainsi les éditeurs de journaux qui entendent empêcher autant que possible une concurrence radio. L’idée d’une centralisation régionale-linguistique de la radio fait son chemin et l’avènement de trois émetteurs nationaux.

En 1931, est créée la Société suisse de radiodiffusion (SSR) comme organisation nationale. Les émetteurs de Beromünster et de Sottens sont mis en service, suivis en 1933 par celui de Monte Ceneri. Dans les années trente, malgré la crise économique, les nouvelles possibilités techniques – diffusion par fil et construction des studios, en plus des émetteurs – apportent à la radio un essor considérable : un média de masse se profile. Le 2 mars 1935 a lieu l’inauguration de la Maison de la Radio à La Sallaz.
Au milieu de l’année 1939, la SSR obtient l’autorisation de diffuser quotidiennement quatre bulletins de nouvelles.

Début 1947, la SSR obtient pour la première fois une augmentation de la taxe de réception radio. Le 21 juillet 1949 a lieu l’inauguration de la Maison de la Radio à Genève. En 1946, la radio lance la Chaîne du Bonheur. En 1950, la radio compte un million d’auditeurs

La nouvelle concession de 1953 institue le Conseil fédéral comme autorité de concession et le Département des postes et des chemins de fer comme autorité de surveillance de la SSR. Le Conseil fédéral, les PTT et la SSR sont les précurseurs du nouveau média qu’est la télévision en Suisse.  En 1955, est créée la Communauté des Radios Publiques francophones de Lange française qui deviendra les Radio francophones publiques en 2002. En 1956, la Radio lance sa deuxième chaîne qui privilégie les émissions musicales et culturelles. Au cours des années 1950, l’invention du Nagra – magnétophone portatif autonome – fait la renommée d’émissions de reportages comme « Miroir du temps ».

Le 1er novembre 1964, Radio Lausanne et Radio Genève sont réunies dans la même entité juridique. Dès 1968, la radio diffuse en continu de 6h10 à 23h30.

Début des premières émissions en stéréophonie.

En 1982, la Radio Suisse Romande lance sa troisième chaîne : Couleur 3. En 1984, la 1ère chaîne prend le nom de La Première. Une année plus tard, la deuxième chaîne est nommée Espace 2.

Le quatrième programme de la radio est lancé sur ondes moyennes en 1994 et se nomme Option musique. La RSR lance son site internet en 1997. Tous les flashes d’information ainsi que certaines émissions peuvent être écoutés via l’ordinateur. Une année plus tard, les quatre chaînes RSR sont diffusées en direct sur internet.

Dès le début des années 2000, la RSR diffuse ses programmes en DAB (digital audio broadcasting), un format qui associe qualité et fiabilité. En 2004, la RSR signe une charte avec les associations de musiciens qui prévoit de leur laisser une place importante sur ses antennes. Cette même année a lieu la première édition de Label Suisse, le festival RSR dévolu aux artistes suisses.